Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par couramiauds
Publié dans : #Portugal
 

Dimanche 26 octobre 2008

 

Changement la semaine commence le dimanche domingo 1ier jours de la semaine, le lundi segunda-feira, le mardi terça-feira, mercredi quatra-feira, jeudi quinta-feira, vendredi sexta-feira, samedi sàbado, .pour la prononciation il vous faudra attendrent encore un peu !…

voyage portugal S3 061

Nénette va faire son footing, pendant ce temps je fais la vaiselle et prépare la moto ,car nous allons aller revoir quelques coins que nous à fais découvrir le ‘’Bus ‘’ nous redescendons par la rive droite cote ,coté ‘’ Villa gaia ‘’ et comme c’est notre jours de chance, nous tombons sur un course, genre Marathon, impossible de faire demi tour, donc on se tapent la fin de la course pendant plus d’une demi heure avant de pouvoir s’échapper par un petite rue qui grimpe à au moins 20 % la pauvre ‘’titine ‘’ n’en peu plus et manque de rendre l’âme au milieu de la côte ; en plus les deux premiers ponts son fermés à la circulation en attendant le passage de la course. Je commence à péter un câble……enfin après un grand tour, nous approchons du quartier où nous voulions aller déguster du poissons grillés , mais la aussi pas possible : cause course . alors nous nous rabattons sur un petit resto, où l’on constatent qu’ici aussi ils ont changés d’heure, il est 13h00 alors que l’on croyaient se mettre à la mode ‘’ Portugaise’’en déjeunant après 14 h00. Nénette se fera un petit plaisir en mangeant des ‘’tripes à la mode de Porto’’ quand à moi ‘’ vitello’’ mariné avec légumes et riz . Là aussi la quantité de la portion va bien pour deux personnes, avec la demi bouteille de rouge et 2 cafés 19,50 € ! ……nous continuerons notre périple tranquillement, les marathoniens ayant réussis à boucler leur tour…en rentrant nous passons dans les vieux quartiers, où la misère est criante, le développement laisse beaucoup de gens sur le bord !… on comprend mieux le nombre de personnes que l’on voit ‘’chiner ‘’ en rentrant petit arrêt sur le quai coté ‘’ v=Vila Gaia ‘’ pour déguster un petit blanc ‘’ vinho verde ‘’ en admirant le spectacle que nous offre le soleil couchant sur la ville de Porto, juste en face de nous sur l’autre rive du ‘’Douro ‘’

 voyage portugal S3 066voyage portugal S3 071voyage portugal S3 074voyage portugal S3 069

Lundi 27 octobre 2008

 

En route pour la découverte de la fabrication du Porto, nos avons choisi la cave de « Ramos Pinto » situé sur les quais du douro. Une hôtesse nous accueille dans un Français impeccable, nous demandant de patienter le temps que d’autres visiteurs arrivent ; tradition oblige se sont les premiers arrivés qui choisissent la langue des commentaires ; comme se sont deux Anglaises qui sont avec nous je suis ravis de leur voir imposer un peu de notre langue, l’une d’elles parlant quand même assez bien français ‘’dommage’’. Une visite très enrichissante qui nous à fait découvrir toutes les étapes de la fabrication du Porto et aussi que les Anglaises ne sont pas toutes coincées et quant on arrive à les déridées elles peuvent être même très intéressantes, nous sommes restés près d’une heure après la visite ( en dégustant du Porto ) à discuter des grandes différences de mentalité entre nos 2 pays …. Pour elles il n’y a pas photos la France est ‘’Véry Véry sensas’’  « Cocorico » .

  voyage portugal S4 056

En ressortant de la cave nous avons la surprise de trouver la pluie !…. nous enfilons nos kaway et en route pour le centre ville où nous stationnons près de l’estaçao de ‘’Sao bento ‘’ (gare) où la salle des pas perdus offre des immenses fresques ‘’ chef d’œuvre de l’art de l’azulejo’’ qui retracent des scènes de la vie populaire où les grandes périodes de l’histoire du Portugal. Nous empruntons la rue ‘’ santa catarina ‘’ l’épine dorsale de la ville haute ;rue piétonne et tres commerçante, mélange de boutiques de la belle époque et celles branchées et chics d’aujourd’hui, c’est le quartier le + animé avec celui de la ‘’ribeira’’ . une petite halte dans un snack pour nous restaurer et évacuer les dernières vapeurs de porto, nous prenons cette fois-çi une portion pour deux du plat du jour ‘’sorte de marinade de poissons’’ servi avec des pommes de terre , ça cale et en plus c’est délicieux ; deux demi et deux cafés, le tout pour 9,20 € . Nous rentrons dans un centre commercial en attendant que la pluie s’arrête, pour nous laisser le temps de finir notre visite. Un petit coup d’œil à la ‘’ Sé ‘’ qui ressemble à une forteresse massive et granitique, une esplanade qui surplombe la vielle ville, d’où part un passage qui mène vers une ruelle sinueuse qui descend entre les vielles maisons jusqu’au bord du douro. Nous reprenons notre cheval d’acier et retour au CC et comme le soleil est réapparu, nous faisons une grande ballade sur la plage où la Vickie s’en donne à coeur joie, une immense plage pour elle seule….le soleil nous gratifie de son couché, rougeoyant l’horizon de l’océan.

 voyage portugal S4 057voyage portugal S4 064voyage portugal S4 066voyage portugal S4 063voyage portugal S4 078

Mardi 28 octobre 2008

 

Allez on plie, pour continuer notre périple vers la vallée du Douro, berceau du Porto. Un arrêt au super marché pour faire le plein de bouffe et nous prenons la direction du douro pour récupérer la route qui est censée longé le fleuve, je vous passe les détails, cul de sacs, rétrécissement de la route et dos d’ane tellement haut qu’a plusieurs reprises le porte moto touche et pour cloturer des routes pavées qui ressemblent à un champs de mines. Au Portugal il ne faut surtout pas sortir des grands axes car ‘’ bonjour les dégâts ‘’. Par le plus grand des hasard nous arrivons au barrage qui coupe le Douro et nous permet de prendre une chouette route serpentant entre le Douro et les collines puis au bout de 100 km nous entrons dans la haute vallée du Douro,région où sont plantés les vignobles qui font le Porto. Il faut le voir pour le croire, les vignes sont plantées sur du schiste, broyé en surface, qui emmagasine la chaleur pendant la journée pour la restituer la nuit, ajouté à cela un climat particulier et vous avez les ingrédients de base qui confère au Porto ces qualités exceptionnelles et uniques. Que dire de ces terrasses où sont plantées les vignes qui sculpte le paysage, rajouté les oliviers, les orangers, amandierset palmiers et vous avez un paysage unique. De temps à autre, une magnifique ‘’Quinta ‘’ ( mi-ferme mi-château ) arborant son patronyme en grosses lettres. Le fleuve est toujours emprunter par les bateaux croisières qui remplace les rabelos, barques qui descendaient le porto vers Vila Nova de Gaia. Nous avons appris que lors de sa fermentation on additionnais une eau de vie ‘’ l aguardente ‘’ au porto avant de vieillir tranquillement dans de grandes cuves de chêne pendant quelques années et suivant la durée on lui donnera, ces noms ‘’ anglophone ‘’ les Ruby, Tawny, LVB continuant de se bonifiés en bouteilles et s’éclaircissent en vieillissant. Je suis sur que vous regarderez le porto autrement maintenant. Notre route nous mène jusqu'à Peso da Régua , où nous trouvons un super petit coin au bord de l’eau pour y passer la nuit.

 

Mercredi 29 octobre 2008

 

Le réveil en douceur est un peu frais, la température c’est rafraîchie, se qui n’empêche pas Nénette d’allée faire son footing avec sa chienne. Puis nous allons faire un tour dans le centre ville où nous découvrons que les gens vivent au rythme du fleuve ‘’ cool cool ‘’ et vraiment paysans

. 

Une portugaise ayant entendue que l’on parlait Français na pu s’empêcher de nous parler, tellement content de parler Français, elle à vécue 20 ans en grande banlieue parisienne et 2 de ses fils y sont toujours, pleine d’émotion elle voudrai que nous montions dans sont village situé à une dizaine de KM d’ici mais malgré ce débord de gentillesse nous déclinons l’invitation. Lorsque l’on vous dit que les Portugais sont vraiment hospitaliers et super gentils !……nous prenons la direction de Pinhao situé à 25 km, village typique nous dit le GR, c’est vrai mais une fois que vous avez vu la gare et ces ‘’ajuleros ‘’ nous stationnons sur les quais où viennent accoster les gros bateaux de croisière déversant leurs lots de touristes ( très clairsemés en cette saison).  

Nénette se met au fourneaux (hi..hi. hi..) et me gratifie d’un déjeuné à base de boulettes de viande marinées dans une sauce qu’elle seule à le secret ; un vrai régal et en plus il y en a pour au moins deux repas. C’est le ventre bien plein que nous reprenons la route de Coinbra situé à environ 120 km mais d’autoroute. Nous voulions nous arrêter à Luso, ville thermale où il y a une soi-disant forêt de Buçaco , la plus ancienne d’Europe… Le gros village est en travaux, alors prise de tête, tours, demi tours et puis nous partons, faute de trouver un coin pour ce poser. Après réflexion nous décidons de descendre jusqu'à Figueras da foz situé au bord de l’océan, en zappant Coimbra, une cité où se trouve une prestigieuse université, une des plus vielle du monde au même titre que la Sorbonne où Oxford .. dommage mais il faut faire des choix !…

Nous arrivons à Figueira da Foz avec la nuit, alors on se cherche un petit coin pour passer la nuit, un parking parallèle à l’océan situe à Buarcos au pied des ruines de la forteresse avec une grande pelouse pour Vickie.

Nous dinons au chandelles de la ville car nous sommes juste sous un grand réverbère. Un petit tour sur la plage où nous apercevons les inconditionnels de la pêche au lancer, équipés comme des montagnards pour affronter la froidure de la nuit.

Un petit coup de fil à ma grande fille de 36 ans pour lui souhaiter un super « Anni » gros bisous ma ‘’Drine’’ 

Jeudi 30 octobre 2008

 

Le temps est à la pluie et c’est bien équipés que nous partons marcher le long du remblai, affrontant les bourrasque de vent. Direction Nazaré situé 100km plus au sud en espérant trouvé le soleil, mais c’est un temps d’averses et d’éclaircies qui nous accompagne le long de cette cote qui devient de plus en plus ciselée dans le rocher et les falaises . un petit arrêt sur l’une d’elle, bien face à l’océan, encore plus impressionnant, vue du haut et nous découvrons Nazaré, puis la falaise de Sipio surplombant la grande plage, point de vue sublime sur la cité qui à de plus en plus de mal à garder son authenticité face a l’urbanisation galopante, répondant à l’inflation touristique !……  

Nous partons à la recherche du camping inscrit au catalogue des ‘’ chèques camping’’ .il est situé un peu en dehors de la ville sur la route de Leiria a environ 3 km nous installons tranquillement et passons la soirée avec ‘’ envoyés spécials ‘’

vendredi 31 octobre 2008

 

un petit coup de chauffage pour chasser l’humidité de la nuit car la pluie est bien présente ce matin. Profitant de cet intermède de mauvais temps, je me met à jour dans le blog, il ne resteras plus qu’a trouver internet pour l’envoyer. Le temps s’éclaircie un peu vers 11 h00 alors nous sautons sur la moto pour aller au marché du village . il est assez typique et nous y voyons ces femmes de pêcheurs vêtues de sept jupons et des chaussettes montant jusqu’au genoux.. folklorique !…entre deux averses nous errons dans les petites ruelles perpendiculaires au remblai et coupées à angle droit par d’autre, elles parallèles ; puis alléchés par ces odeurs de poisons grillés , nous nous laissons tentés par une des nombreuses sollicitations des serveurs de restos vantant la qualité de leur cuisine. Nous rentrons dans un petit ‘’boui-boui’’ tenu en famille, la femme au fourneaux, le père en serveur et un fils en aide, nous ne sommes pas gênés, nous sommes les seuls clients. le patron parlant un peu Français nous conseille un peu et notre choix se porte sur la ‘’bouillabaisse de nazaré’’ pour Nénette et les sardinas grillés pour moi,le tout arrosé d’un pichet de la réserve du patron. Al’arrivée des plats toujours le même rictus !… comment allons nous faire pour tout manger ?……cuisine sans ‘’chichis’’ mais bonne et c’est repus que nous commandons les cafés et la note … 17,60 € allez manger pour se prix la chez nous !……comme le soleil est revenus nous continuons notre exploration de la ville, en se permettant le luxe d’arrêter dans une pasteléria déguster ces petites pâtisseries qui vous narguent lorsque vous passer devant. Nous en prenons trois différentes, que nous nous partagerons, le tout arrosé d’un café des plus serré,un vrai moment de pur bonheur !

  

Commenter cet article

Hébergé par Overblog