Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par couramiauds
Publié dans : #Maroc 2013

Maroc-2013-1990.JPGMaroc-2013-1987-copie-1.JPGMaroc-2013-0449.JPGMaroc-2013-0454.JPGMaroc-2013-0456.JPG

Commenter cet article

Paul@mauditquébécois.ca 06/01/2014 14:43


Mais l’horreur si ordinaire, que l’on se passerait d’en reparler, tellement elle est banale. Et que l’on ne la voit même plus. L’horreur de se faire tuer sur la route
par un gars chaud. Dans une volks rouge. Qui dévie derrière un amas de terre et que les secouristes ne verront pas. Il y avait un curé qui habitait pas loin et qui est venu à cette intersection
de la 32 ième avenue de Montréal Nord. Il reviendra une heure plus tard, après que tout le monde soit reparti se coucher. Il s’était demandé : mais qu’est que
cette Météor a frappé ?

Il a entendu se plaindre dans le champ. Il les a trouvés. Elle avait la tête qui baignait dans une flaque d’eau. Elle respirait encore. Elle mourra dans deux jours. Lui est mort dans l’ambulance.
Le bras de vitesse passé à travers la cuisse. Le pare-brise aura défiguré Claudette; une centaine de points de suture dans le visage. Les blessures internes on pouvait laisser faire. Plus rien
dans son corps n’était plus en état de survivre à cette soirée de ses dix-sept ans et huit mois. Elle avait lancé en sortant : on va faire un tour. Ma mère n’avait pas osé lui dire non. Elle
mourra à 93 ans avec sa faiblesse jamais pardonnée.

Les familles vivent au lendemain de ces drames, puisque la vie est ainsi faite. Mais elles ne s’en remettent jamais totalement. Alors on fait ce que l’on peut de ces banales horreurs. Comme si se
jouer dans l’âme à coup de couteau, pouvait avoir encore aujourd’hui, une quelconque utilité.

Ces mots qui sont même trop pénibles à relire. Afin d’éviter d’en évoquer le souvenir encore une fois. Une énième fois.

Sur sa tombe de bois verni refermée, on avait placé sa photographie de graduation. Elle y apparaissait droite, fière et vulnérable. Comme un pressentiment.

Au salon mortuaire, pendant trois jours, on aura ressassé toutes les images, toutes les informations, tous les détails qui ne servaient à rien d’autre que d’accuser la réalité.

Cela fait maintenant cinquante ans aujourd’hui qu’ils sont morts aux mains d’un assassin ordinaire. Le DSM-5 donne deux mois aux personnes endeuillées afin de recouvrer leur équilibre
émotionnel.

Publié comme message d'amour à l'endroit des victimes de la route, en cette veille des fêtes de la nouvelle année.

pépère comme y dit 06/01/2014 03:42


 


Vous savez, j'ai perdu mon frère cet été, 62 ans, tout jeune, en pleine forme, coureur de marathon, grand randoneur de vélo, bon golfeur. Cette foutue maladie l'a emporté après 2 ans de lutte.


Durant nos réunions de famille et les party de fêtes, lorsque le plaisir est de la partie, y a toujours quelqu'un qui vient attrister la fête en nous rappelant Renaud, levons nos verres à Renaud.


Je pense presque tous les jours à mon frère bien plus jeune, qui nous a quitté, alors cessez de casser la fête, la vie continue et il faut en profiter, je n'y peux rien, il nous a quitté sans le
vouloir et que la fête continue. Vive la vie!!

Paul@mauditquébécois.ca 05/01/2014 14:41


Pendant ce temps, à Nairobi...

marie-coton-des-bulles 05/01/2014 09:23


Oh, vous n'auriez pas dû... c'est trop gentil ! merci...


Je suis certaine que cela va déclencher une pensée philosophique sur le partage de la nourriture dans le monde 


Bande de goinfres !!!

Hébergé par Overblog