Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par Couramiauds
Publié dans : #le Québec

A cette époque de l'année elle est bien pratique ...................photos-2-0826.JPGphotos-2-0828.JPG

Déblayeur d'entre-rails/chasse-neige

Hillsborough 

Commenter cet article

Paul@MauditQuébécois 11/01/2013 14:48


Elle était encore en action au cours des années 70 sur la ligne du Petit train du nord qui partait de la Gare Centrale en
direction de Mont Laurier (route que vous connaissez bien pour l'avoir parcourue en parallèle sur la route 117).


 


La mère de Lorraine, Agathe, pratiquait le ski dans les Laurentides durant les années 40, avant son mariage. Le train déversait
ses groupes de joyeux drilles le long de la voie à hauteur des pentes. Équipés de planches et de lourdes bottines de cuir aux pieds, les skieurs se rendaient aux remontes pentes à la glisse,
puisque les fixations permettaient les mouvements du talon, à la manière du Télémark. Aussi équipés de peaux de phoques, les plus audacieux gravissaient à la force des mollets les pentes
enneigées.


 


Pour les autres, une fois arrivés au pied de la pente... ils saisissaient la "rope" qu'ils laissaient glisser au début, à la
manière d'un embrayage, dans leur dos, pour raffermir leur prise avec leurs mitaines de cuir idéalement...


 


Les remontées étaient à l'origine des excroissances des moteurs de tracteurs de ferme que l'on plaçait dans la montagne, à la
queue leu leu.


 


La petite histoire ne dit pas si Agathe a rencontré son mari à bord du train. Ni s'il avait mis la charrue en avant des boeufs
?


 


Voilà un mystère de la vie du bon vieux temps... 

Hébergé par Overblog