Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Le Chat de Gouttière..

Le Chat de Gouttière..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par couramiauds
Publié dans : #insolite..

Maroc-2013-1-0001.jpg

Mais qui est ce beau "Ténébreux "?....

Commenter cet article

M

Christ, s'il y a vraiment du Maudit dans cette photo, pourrais-tu faire un montage parallèle avec une photo plus récente (peut être du genre de la photo publiée précédemment avec la casquette en
fourrure) ? mais j'ai un doute dans vos blagues à 4 sous !
Répondre
M

Ce n'est pas juste... il y en a qui ont la réponse ! mais est-ce vrai ? Et que fait alors cette photo chez Christ ???


j'y voyais personnellement un artiste des années 60, bien de chez nous, chanteur de préférence... mais sans pouvoir y mettre un nom. Beau gosse j'avoue... et qui devait faire des ravages côtés
jeunes filles...


Aurais-je vraiment perdu ???
Répondre
P

Je doutais bien que ça pouvait pas être un cousin, avec la chemise à carreaux qui revient à la mode ici.


Quelle belle période!! ou tout semblait possible, y compris d'avoir son pays!!


Un peu nostalgique le pépère!!
Répondre
P

Avec sa chemise semblable à celle d'un Félix Leclerc, sa tignasse post Beatle et son air songeur, il serait un jeune voyageur en attente d'un train en direction de la Gaspésie, lors d'un
après-midi de décembre 1975. 


 


Nous étions un groupe d'une vingtaine de jeunes à vouloir passer notre congé des fêtes de Noël dans un chalet de pêche du Mont Albert. Il faisait en moyenne moins 35 et comme nous étions trop
nombreux à occuper le Shack non isolé contre le froid, nous avions établi un sens unique autour du poêle à bois. Sur les murs, une couche d'une dizaine de centimètres de glace s'était formée en
une petite semaine.


 


Le jour, nous parcourions la montagne sauvage, chaussés de nos skis de fond. J'avais essayé de prendre une photo un matin. Mais l'obturateur était gelé. Dommage, la couleur de la neige était
couleur chair de femme. Pour paraphraser Félix.


 


Those were the days my friend, we thought they'll never end...
Répondre

Hébergé par Overblog