Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par couramiauds
Publié dans : #" Humeur "
les nouvelles immatriculations
 Un jour les français seront les "pieds noirs" de leur pays d'origine ....

 

  
le 93, le 59, le 13, le 69, etc....déjà quittés par une partie de leur population.
Pour les Français, bientôt le train de l'Histoire sera arrivé à son terminus.

Il faudra ramasser ses bagages et se préparer à descendre.

Quand la Seine Saint-Denis a commencé à pourrir, les Français de souche, ont quitté la Seine Saint-Denis transformée depuis en coupe-gorge.

De la même manière, ils quittent Lille, Marseille, Roubaix, les quartiers nord de Paris.

Dans toutes les villes de grande, de moyenne importance l'islam progresse telle la perfidie d'une pieuvre.
L'exemple de Hyères les Palmiers (la bien-nommée) est flagrant: en 2007 cette petite ville était rayonnante et l'on s'y sentait bien; en 2011 elle s'était déjà métamorphosée et çi et là les voiles apparaissaient, des marchés leur étaient réservés, en 2013 l'immigration et tout ce qu'elle comporte de négatif a pris le dessus, jusqu'aux écoles maternelles où l'on affiche ouvertement des repas sans porc.
Progressivement, viendra le jour où changer de ville ne résoudra pas le problème. Il faudra alors s'écraser ou bien quitter le pays !

Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux, Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l'égout.

Dans le désert, quand un animal est blessé, les rapaces viennent de partout, chacun veut son petit morceau. « La France est aujourd'hui cet animal mourant. »

Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer.

Quand il n'y aura plus assez de travailleurs pour payer les parasites, ou la racaille (selon) ça sera le chaos et la violence.

Pour son immigration, la France a particulièrement choisi des populations incapables de gagner ou de produire ne serait-ce que leur pain quotidien (mais très capables de se re-produire).

Il va bien falloir un jour se réveiller car la Marseillaise pourrait rapidement commencer par : « Aux larmes citoyens... ! »

Allez Manuel fait chanter François 
 

Commenter cet article

Paul@mauditQuébécois 06/10/2013 15:04


Nous sommes tous  frères et soeurs sur cette planète qui appartient à tous. Aussi, une immigration réussie, passe par le travail et c'est la responsabilité des pays nantis, d'accueillir et
de supporter dans leur phase d'insertion, les personnes qui ont souvent besoin de support. Négliger d'aider dans cette étape cruciale les immigrants conduit à des échecs dont tous souffrent. Et
les jeunes générations ne font que réagir à la difficulté, parfois insurmontable, de fonder une famille avec des conditions décentes. Ceux qui se découragent vont parfois rejoindre les rangs des
extrémistes qui instrumentalisent cet échec. Et alors là, on assiste au pire.


 


Les autres ne sont pas différents de nous. Si nous étions dans leur situation, nous souffririons autant. Aussi, la confrontation et la guerre sainte ou la violence dans les zones sensibles, nuit
à tous. Il faut trouver le moyen de soutenir les nouveaux arrivants afin qu'ils deviennent un avantage pour le pays d'accueil.


 


Ce ne sont pas les immigrants qui sont à la base du problème, c'est le capitalisme sauvage qui divise les individus de toutes origines. Lorsque nous assistons au racisme, nous voyons l'homme
regarder le doigt qui pointe en direction de la lune.


 


Il me semble que l'humanité est à un stade suffisamment évolué pour savoir trouver des solutions à une économie qui engendre les inégalités sociales.


 


Bonne réflexion...

Paul@mauditQuébécois 06/10/2013 14:43



Hébergé par Overblog